Vers une ligne ferroviaire qui ignorerait Sète ?

nouvelle ligne ferroviaire sète

Alors que l’urgence climatique est déclarée, le besoin de préserver notre santé et notre environnement imposent de réduire drastiquement, et au plus vite, les transports polluants ;

Notre voisin espagnol a réalisé des efforts jusqu’à sa frontière en cette matière et l’Espagne annonce un fort développement du fret ferroviaire à travers son plan de verdissement des transports ;

La Commission Européenne a élaboré, une « Stratégie Européenne pour la Mobilité Intelligente et Durable ». Elle a été soumise à adoption le 9 décembre 2020 et prévoit, entre autres, de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 55% d’ici 2030 et de parvenir à la neutralité climatique d’ici à 2050. Elle prévoit aussi de transférer une partie du routage sur le rail – l’axe littoral méditerranéen est emprunté chaque jour par plus de 10000 poids lourd – en sachant que le trafic ferroviaire à grande vitesse doublera d’ici 2030  et triplera d’ici 2050 et, que le fret ferroviaire de marchandises augmentera de 50% d’ici 2030 et doublera d’ici 2050 ;

Le pacte vert pour l’Europe demande qu’une part substantielle des 75% du fret intérieur qui est actuellement acheminé par la route soit transféré vers le rail ;

Pour une autre politique ferroviaire à Sète et dans la région

La SNCF envisage un vaste projet impactant tout le territoire depuis Montpellier jusqu’à Perpignan de « LIGNE NOUVELLE MONTPELLIER PERPIGNAN, avec le déplacement du réseau ferré dans les terres, avec la création de nouvelles gares excentrées et millions d’euros investis sur 20 ans.

Le projet tel que conçu actuellement est donc incohérent vis-à-vis de la « Stratégie Européenne pour la Mobilité Intelligent et Durable ».

En ce qui concerne les sétois et le trafic voyageurs à Sète, ce projet obligerait tous les voyageurs à rejoindre la nouvelle gare située à Poussan. Donc perte de l’avantage « du temps gagné » envisagé avec cette LGV.

De plus cette obligation de relier Poussan en voiture ou en bus favorisera à la fois l’augmentation du flux de circulation, les embouteillages à l’entrée de Sète et aux différents points de liaison à Balaruc-les-Bains, à Balaruc-le-Vieux. 

Avec toute la répercussion sur la pollution de l’air et de l’eau ,sur la réduction de la biodiversité, donc sur notre santé .

Le financement pourrait être reporté sur un projet plus « intelligent » respectueux de l’environnement autour de la rénovation des gares et développement du réseau existant qui permettrait l’accessibilité des divers territoires entre eux.
Ces liens dont nous avons ressenti le plus besoin lors de la crise sanitaire COVID 19.

2 thoughts on “Vers une ligne ferroviaire qui ignorerait Sète ?

  1. La LGV n’aura aucun sens et donc aucun intérêt si elle ne déssert pas la gare de Sete; l’avantage du train par rapport au transport aérien c’est la proximité des gares À moins que ça soit pour relancer le trafic aérien je ne vois que cette explication

    1. C’est effectivement l’une des énormes lacunes des lignes grande vitesse. Le temps soi-disant gagné en trajet à un coût faramineux est reperdu immédiatement dans le trajet d’accès à la gare (qui génère d’ailleurs une grande pollution). Nous pensons que donner la priorité aux lignes à grande vitesse est une erreur historique, qui perdure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.