Arbres à Sète : abattage de 120 cyprès, et absence de consultation

Arbres à Sète : abattage de 120 cyprès, et absence de consultation

Voir aussi la vidéo mise en ligne sur Facebook :
https://www.facebook.com/1811329352/videos/468776385055041/

Hier 30 juin, alertés par des usagers du cimetière le Py à Sète, les citoyens et certains élus apprenaient  l’abattage de 120 arbres, cyprès de haute taille bordant le mur nord du cimetière, sur environ 200 m.

Cette décision suscite un grand émoi et de grandes interrogations, voire de la colère, sur les réseaux.
Avant de savoir si cela est justifié, on peut s’interroger sur la méthode, 100 fois renouvelée par la majorité municipale . Elle consiste à prendre des décisions très impactantes pour les sétois, la ville et son avenir, sans consulter ni ses habitants, ni ses élus.

Il faut le savoir, alors que nous fêtions cette semaine le 14 ème conseil municipal et les deux ans de la nouvelle mandature, le choix de questions votées au sein de ce conseil est parfois très étrange. On est très éloigné de ce qu’un citoyen lambda peut attendre, mais peu le savent sans doute, puisqu’aucun de ces 14 conseils ne s’est tenu en public. (nous invitons les citoyens à les découvrir en vidéo).

Ainsi, cette décision d’abattre 120 arbres n’a pas été débattue en conseil municipal. Elle n’a même pas été mentionnée ou présentée lundi dernier, parmi la litanie des trop nombreuses décisions sans vote, au début de chaque conseil (jusqu’à 160 parfois).

 

Abattage des arbres à Sète : « circulez, il n’y a rien à savoir »



L’abattage a-t-il fait l’objet d’un questionnement, d’une alternative envisageable ? Changement d’itinéraire ? Passage en léger surplomb sur le talus de la voie ferrée ? Circulation alternée avec une signalétique ? En l’absence d’informations, rien ne semble avoir été envisagé d’autre que l’abattage, et si débat il y a eu, il s’est tenu en tout petit comité, à l’insu des citoyens et d’une partie des élus.

Cette méthode, renouvelée, interroge de plus en plus :

D’une part, certains choix complexes et engageants comme l’abattage des arbres sont effectués sans consultations ni débats.

D’autre part, le nombre de décisions prises par le maire dans le cadre des délégations qu’il s’est lui même accordé ne cesse de croître, et l’importance de celles-ci devient considérable (Pour rappel, une subvention de 600.000€ net a été décidée il y a 2 mois pour décorer le nouveau pont du conservatoire : un choix du maire, une ligne dans la liste des décisions, et pas de débat ni vote ni dossier explicatif)

 

Et pour finir, des conseils municipaux parfois réduits à leur plus simple expression (20 questions seulement pour le conseil du 23 mai), parfois absents (pas de conseil entre le 13 décembre et le 21 mars, plus de 3 mois), ou comportants des questions à la limite de l’anecdotique : lundi dernier, nous débattions sur la nécessité de voter 200€ de subvention pour la stérilisation de 10 chats (sic) ! Avec vote à la clé !

Question : pourquoi ne pas mettre à l’ordre du jour les questions essentielles, telles cet abattage de 120 arbres, la subvention de 600.000€ à un artiste pour une déco, la nécessité (ou pas) d’une tour de 49m sur l’entrée EST, etc… ?

Et pourquoi ne pas laisser Mr le Maire signer, dans le calme de son bureau, les subventions de 200€ pour la stérilisation des chats ?
N’est-ce pas le choix qui serait fait dans le cadre d’une démocratie citoyenne bien ordonnée ?

 

Communiqué de presse envoyé aux médias (Midi Libre, Thau infos, Le Singulier…) le 1er juillet 2022.
Signé par Laurent HERCE, élu au conseil municipal pour EELV (ensemble pour Sète), et Philippe Carabasse, élu au conseil municipal et au conseil d’agglo, pour Génération Ecologie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.